23 novembre 2017  

Accueil > Présentation > Comment créer son entreprise ?

Comment créer son entreprise ?

Les offres classiques et... les Ateliers à projets

vendredi 10 février 2012, par les Ateliers à projets

Il y a presque autant de façons de s’y prendre que d’entrepreneurs. Et la seule bonne méthode… c’est celle qui marche pour vous !

On peut s’y prendre :
- tout seul ;
- grâce aux compétences acquises dans son réseau familial ou amical ;
- dans une couveuse d’entreprises ;
- dans un organisme de portage salarial ;
- dans une pépinière d’entreprises ;
- grâce à du coaching (ou mentorat) ;
- avec l’appui d’un bon expert comptable ;
- avec un business angel ;
- en faisant une formation de la Chambre des métiers ;
- ou l’une de celles de la CCI ;
- avec l’aide du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) ;
- ou d’un autre organisme de conseil ;
- grâce aux sessions de formation de la Maison de l’emploi ;
- en devenant auto-entrepreneur en ligne ;
- en faisant une formation de l’AFPA ;
- en ayant fait une formation à une profession artisanale ;
- ou en sortant bardé de diplômes d’une école de management ;
- ou encore en ayant fait un BTS dans les domaines du commerce ;
- ou en s’étant fait la main dans une junior entreprise d’une école d’ingénieurs ;
- grâce aux aides de Pôle Emploi ;
- ou celles de l’ADIE ;
- et on l’oublie trop souvent, en reprenant une entreprise plutôt que de partir de zéro, grâce aux conseils du cédant ;
- grâce à des sites en ligne : APCE, les Boutiques de gestion, voir notre liste ;
- …

Autant dire qu’il n’y a pas de recette miracle, ni de démarche infaillible…

D’autant qu’on n’a pas forcément :
- les sous pour payer certaines prestations de conseil (l’offre correspondant à des modèles économiques trop chers) ;
- le temps où l’âge pour intégrer un cycle de formation ;
- l’envie d’être chaperonné (on est pas des gamins, on a déjà pas mal d’expérience, l’habitude de se débrouiller) ;
- un projet assez classique pour susciter la confiance des financeurs ;
- le réseau nécessaire pour entrer dans le circuit ;
- …

Et puis une fois lancé :
- on n’y arrive pas, faire le travail commercial, son métier en lui-même et répondre aux clients, faire la compta, aller chercher les sous auprès de ceux qui mettent du temps à payer, etc. c’est trop ;
- on se fait avoir par des gens qui en affaires ont, disons… d’autres sortes de scrupules ;
- l’offre ne trouve pas son marché ;
- on est trop cher, ou ce qui revient presque au même, elle demande trop de travail ;
- on comprend plus tard qu’on était trop accroché aux idées qu’on s’était faites avant de commencer ;
- on n’a pas été assez souple, opportuniste ;
- la paperasserie, les formalités, en gênent et en submergent plus d’un ;
- …

C’est là qu’il faut penser aux « Ateliers à projets » :
- une méthodologie et de l’expérience ;
- un espace de coworking où se poser ;
- des ateliers thématiques pour apprendre des compétences nouvelles.

 

Pour continuer l’exploration voyez : La méthodologie des « Ateliers à projets »

Avec le soutien
de la ville de
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0